Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Mairie Conseil Municipal Expression politique Minorité / Élus du groupe "Caen, écologiste et citoyenne" Chronique d'une noyade annoncée
Minorité / Élus du groupe "Caen, écologiste et citoyenne"

Chronique d'une noyade annoncée

Minorité / Élus du groupe "Caen, écologiste et citoyenne"

Chronique d'une noyade annoncée

Depuis plusieurs mois, nous craignons d'assister à la justification grandeur nature du proverbe : qui veut noyer son chien l'accuse d'avoir la rage.

Malgré ses discours, M. Bruneau se désengage des quartiers pour miser uniquement sur le centre-ville. Après la désaffection des vélos en libre-service, l'attaque porterait désormais sur les piscines « périphériques ». Nous pouvons d'ores et déjà lancer les paris : à terme, les structures de proximité comme celle de la Grâce-de-Dieu sont condamnées. Le mode opératoire est simple : une dégradation du service progressivement organisée pour aboutir à la fermeture définitive due à une baisse de fréquentation.

Ainsi, à la piscine de la Grâce-de-Dieu :

-         1re étape : fermeture annoncée en juillet et août 2018

-         2e étape : fermeture les week-ends à partir de septembre prochain

-         3e étape : transfert de personnel vers le stade nautique

-         4e étape : moins d'activités proposées suite aux transferts de personnel

-         5e étape : baisse de la fréquentation

-         6e et dernière étape : moins de créneaux d'ouverture, moins de fréquentation = cette piscine doit être fermée car elle n'est plus « rentable » et n'attire plus suffisamment d'usagers ?

Est-ce là l'avenir des équipements sportifs et culturels de proximité ? Demain les piscines, après-demain à qui le tour ? Les bibliothèques ?

Ce raisonnement comptable serait une aberration pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, une municipalité se doit d'offrir un même niveau de service à tous ses habitants, quel que soit leur lieu de vie, en organisant un aménagement harmonieux des services publics sur son territoire. C'est particulièrement vrai dans les quartiers où les populations connaissent davantage de difficultés économiques et sociales, ont une mobilité plus limitée et ont ainsi moins d'accès à l'offre sportive et culturelle par exemple.

De plus, avec la suppression de nos « petites » piscines, ce sont les habitants des communes voisines telles qu'Ifs, Fleury-sur-Orne ou Cormelles-le-Royal qui seraient également lésés. La prise de cette compétence par Caen-la-mer en 2003 ne doit pas être une justification à toujours moins de services de proximité !

En conséquence, on peut craindre que ce soit en voiture que les déplacements se multiplient pour accéder à la piscine la plus proche… peut-être une façon de légitimer les millions dépensés par M. Bruneau depuis son arrivée dans de nouvelles infrastructures routières obsolètes.

M. Bruneau, rassurez les usagers et les agents de la piscine de la Grâce-de-Dieu en répondant honnêtement à cette simple question : envisagez-vous la fermeture de cet équipement à plus ou moins long terme ?

 

Les élus du groupe "Caen écologiste et citoyenne"
Samia Chehab, Rudy L'Orphelin, Julie Rousinaud.