Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Mairie Conseil Municipal Expression politique Minorité / Élus du groupe "Citoyens à Caen - PRG" Projet République
Minorité / Élus du groupe "Citoyens à Caen - PRG"

Projet République

Minorité / Élus du groupe "Citoyens à Caen - PRG"

Projet République

Les contre-vérités de Joël Bruneau.

LA VILLE DOIT SIGNER MAINTENANT LA PROMESSE DE VENTE DU TERRAIN : FAUX

- Aucune vente ne sera faite tant que tous les recours ne seront pas jugés, et cela peut prendre des années.

- Cette promesse est donc très imprudente car les juges de la Cour administrative d'appel de Nantes peuvent annuler le projet. Alors pourquoi cette précipitation ?

  

CE PROJET N'EST PAS UN CENTRE COMMERCIAL : FAUX

- Sur les 19 300 m² prévus, seuls 1 400 sont dédiés à la halle gourmande et les 11 000 m2 de surfaces commerciales équivalent à la surface des Galeries Lafayette.

- Le promoteur devra obtenir une autorisation de la Commission départementale d'aménagement commercial, ce qui est la règle pour la réalisation de centres commerciaux.

 

CE PROJET NE COÛTERA RIEN À LA VILLE DE CAEN : FAUX

La parcelle de 5 500 m² doit être vendue au prix de 5 200 000 euros. Mais en contrepartie, la Ville doit prendre à sa charge :

- Le diagnostic d'archéologie et les fouilles archéologiques (au moins 400 000 euros) et les coûts de dépollution (au-delà de 100 000 euros).

- La requalification des espaces publics et des voies environnantes, au service du centre commercial (avec dommages et intérêts à payer par la Ville « en cas de retard ou s'ils ne garantissent pas suffisamment la visibilité du futur centre commercial ») : 9 200 000 euros.

- La viabilisation de la parcelle : non chiffrée.

 

CE PROJET EST AMBITIEUX EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE : FAUX

- Il implique l'abattage d'une cinquantaine d'arbres sur la place et ceux de la rue Auber si les travaux l'imposent.

- La construction dans un sous-sol fragile d'un parking souterrain de 450 places (3 niveaux) aura des conséquences sur l'équilibre hydrologique du secteur : ce point  n'est même pas évoqué dans le cahier des charges, alors que le secteur a déjà subi ce risque d'inondations graves.

- Ce projet augmentera considérablement le trafic automobile du centre-ville.

Aucune étude d'impact environnementale n'est imposée au promoteur immobilier à ce stade.

- Les objectifs fixés au promoteur immobilier en matière énergétique et bioclimatique ne sont pas chiffrés et aucune pénalité financière n'est prévue s'il ne les respecte pas.

 

LA VILLE DE CAEN CONSERVE LA MAÎTRISE DE SON PROJET UNE FOIS L'OPÉRATION ENGAGÉE : FAUX

- Le comité des enseignes - soi-disant garant de l'orientation du projet commercial - est composé de 7 personnes dont un seul représentant de la Ville.

- Il ne délivrera qu'un avis consultatif.

Le promoteur pourra revendre l'immeuble. Si la Ville n'est pas d'accord, elle sera certes prioritaire pour le racheter mais elle devra le faire au prix fort (entre 50 et 100 millions d'euros) et pour quoi faire ?

Tribune commune aux trois groupes de la Minorité

 

Les élus du groupe "Citoyens à Caen - PRG"
Xavier Le Coutour, Claudine Maguet.