Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications Araignée du soir...

Publication

Carnet du naturaliste

Araignée du soir...

Publié le 26/10/2018

Je tisse donc je suis

"La mouche prise au piège de l'araignée a la consolation de mourir dans la soie." Sylvain Tesson

Avec ses huit pattes et son corps souvent velu, elle tient, dans le bestiaire de nos phobies, le haut du pavé. L'araignée alimente toute sorte de fantasmes, de légendes urbaines et de peurs irrationnelles qui nuisent à sa réputation. Pourtant, hormis quelques spécimens absents de nos contrés, les araignées sont bien souvent inoffensives. Elles ont tendance à fuir les humains ou à simuler la mort (thanatose) ne s'attaquant qu'à des proies de tailles identiques, ou plus petites. Dans les rares cas de morsures, elles mordent pour se défendre contre une menace et n'injectent pas ou très peu de venin, préférant l'économiser pour des proies de petites tailles.
Il existe chez les araignées, une famille qui a pris l'habitude, au grand dam des arachnophobes, d'établir domicile dans nos maisons. Une idée courante veut que ces araignées se réfugient chez nous en automne. Cette association impropre s'explique par le fait qu'à l'issue de l'été, elles atteignent leur maturité sexuelle. C'est ainsi qu'elles sont plus visibles en automne, le vagabondage des araignées mâles dans les habitations étant en relation avec la recherche des femelles en vue de l'accouplement. Le reste de l'année, elles restent sur leur toile à l'abri des regards. 

La Tégénaire
Dans cette famille d'araignées domestique, il en est une qui ne manque pas de nous faire bondir lorsque nous croisons son chemin. La plus spectaculaire, la Tégénaire. Plusieurs espèces de Tégénaire se partagent notre doux foyer. La Tégénaire géante (Eratigena duellica – 13 cm d’envergure), la domestique (Tegenaria domestica – 6 à 8 cm) et la noire (Eratigena atrica – 10 à 13 cm). En dépit de sa taille impressionnante, la tégénaire est totalement inoffensive pour l'Homme. Leurs chélicères (crochets à venin), de petites tailles, ne sont pas conçus pour nous mordre
La tégénaire est solitaire et nocturne. Elle vit sur des toiles en forme d'entonnoir qu'elle refait chaque nuit. Il lui arrive parfois de sortir de sa toile pour chasser si elle est affamée mais en général elle chasse les proies qui se trouvent sur sa toile. Lorsqu'un infortuné arthropode reste collé sur la soie, l'araignée sort de sa cachette pour le mordre. Elle le porte à sa tanière et lui injecte des enzymes pour le ramollir, car les araignées ne peuvent pas mâcher, et ainsi la dévorer.
Lorsqu'un mâle cherche à s'accoupler, il touche la toile de la femelle à l'aide d'une de ses pattes en faisant un rythme régulier, indiquant ainsi à la femelle qu'il n'est pas une proie. Si la femelle sort il prend la fuite, mais dans le cas contraire, il rentre et lui injecte du sperme à l'aide de ses pédipalpes (appendices buccaux ressemblant aux pattes.
Alors, phobique ou pas, la tentation est grande de se débarrasser de cet effrayant (ou fascinant) intrus. Et pourtant, sa présence dans nos maisons est bien utile. En effet, elle tient lieu d'insecticide naturel et nous débarrasse de tout autre arthropode parfois plus gênant : mouche, moustique, puce, cloporte, blatte…

 

 

 

Retour aux publications