Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications Consoude officinale

Publication

Environnement et Cadre de Vie
Consoude officinale (Crédit - Ville de Caen)

Plante du mois

Consoude officinale

Publié le 02/06/2008

Nom scientifique : Aquilegia vulgaris L. Famille : Ranunculacées

Herbe aux coupures, herbe à la reconsole, herbe aux charpentiers ou bien encore herbe aux cochons… Autant de noms vernaculaires pour désigner la consoude.

Ainsi, l'origine grecque de la consoude 'Symphytum' signifie "je réunis, je soude" et nous indique très précisément les vertus premières qui étaient attribuées à cette plante, à savoir réparer les os cassés. Le nom latin 'consolida' s'est quant à lui modifier au fil des ans pour donner le nom commun consoude. Outre ses propriétés réparatrices indéniables, on s'aperçoit rapidement au travers de la tradition populaire que la consoude est une plante aux multiples facettes. Ainsi, elle était également bien connue des nourrices et des travailleurs manuels qui s'en servaient pour soigner gerçures et plaies ouvertes ! Et son utilité ne s'arrêtait pas aux portes des habitations puisqu'elle servait également à l'alimentation de la basse cour ou des cochons.

De contact rêche, la consoude était appelée 'oreilles d'âne ou langue de vache' : en effet, elle est recouverte de poils rudes telle une langue de bovin. Exigeante, elle préfère les lieux frais, humides et ombragés où elle peut former des colonies denses. Rustique, elle peut résister à la sécheresse et, même si elle perd son feuillage en hiver, la souche peut vivre plusieurs dizaine d'années. En effet, de type pivotant, la racine peut atteindre 2 m de long en sol meuble, émettant chaque année de nouvelles racines.
Les rosettes de feuilles apparaissent au printemps, produisant bientôt une ou plusieurs hampes florales de forme hélicoïdale.
Dotées de couleurs vives afin d'attirer à elles les insectes à trompe, les fleurs de la consoude n'en demeurent pas moins d'approche difficile pour les nombreux autres insectes susceptibles d'être intéressés par son abondant nectar. En effet, pistil et étamines sont délicatement protégés des "regards" extérieurs par de longues écailles couvertes de minuscules poils ainsi que par la cloche formée par les pétales !
Ce sont donc les bourdons qui ouvrent le bal, en perçant la base de la corolle de la fleur à l'aide de leurs puissantes mandibules… puisant ainsi le précieux nectar à la source. La 'route du pollen' est alors ouverte aux autres insectes.

Riche en potasse, la consoude est une mine d'or pour le jardinier. En effet, elle stocke les éléments minéraux dans ses feuilles (comme l'ortie !), à nous ensuite de l'utiliser pour réaliser notre compost ou bien faire de l'engrais (1kg de feuilles pour 10 litres d'eau).
Alors offrons une place de choix dans notre jardin à cette plante tellement intéressante !

Retour aux publications