Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications En octobre, le figuier

Publication

Plante du mois

En octobre, le figuier

Publié le 01/10/2018


Nom scientifique : Ficus carica
Famille : Moracées

Le figuier est une encyclopédie botanique à lui seul, une rubrique ne suffirait pas à aborder tous les aspects le concernant ! Au sujet de cette plante, l'interrogation principale concerne la fructification. En effet, à quoi correspond ce 'fruit', à la texture particulière et si délicatement parfumé ? Et comment la plante est-elle pollinisée ?
La culture et l'utilisation par l'homme remonte à 12000 ans avant JC, il constitue la plus ancienne trace d'agriculture. Différentes religions ont également utilisé cet arbre dans leur récit : il est l'arbre du bien et du mal pour la religion juive, il a servi de cache-sexe dans la genèse, Romulus et Remus tétaient leur louve sous un figuier, Ulysse échappa à un monstre marin en s’accrochant à une branche de cet arbre…

Vous avez dit fruit ?
Au sens strict de la botanique, le fruit que nous mangeons n’est pas un… vrai fruit. C'est une infrutescence, c’est-à-dire un ensemble de plusieurs fruits. Il possède ainsi les mêmes caractéristiques que la fraise ou l’ananas. Une particularité distingue toutefois le figuier de ces autres plantes : les fleurs et les fruits se trouvent à l’intérieur du réceptacle !
Cette configuration implique une méthode de fécondation vraiment  spécifique.
La plante est monoïque, c’est-à-dire que fleurs mâles et femelles, bien que différentes, se développent sur le même pied. Or il existe un décalage de maturité de ces 2 organes ce qui implique la nécessité d'avoir 2 figuiers pour rendre la pollinisation croisée possible. Par la force des choses, on peut alors avoir l’impression d’avoir affaire à une plante dioïque en ayant d’un côté des figuiers mâles, les caprifiguiers, et de l’autre des pieds femelles, les figuiers domestiques.

Le mystère de la pollinisation
En l'absence de fleurs visibles, comment se passe la pollinisation ?
Celle-ci ne peut avoir lieu sans le seul et unique intervenant : le blastophage. Cette micro-guêpe parasite les inflorescences au niveau de l’ovaire. La femelle pénètre par l’ostiole (petite ouverture) pour pondre les œufs dont les futures larves vont se nourrir. Par la suite, les jeunes mâles émergent en premier et fécondent la nouvelle génération de femelles à l’intérieur de l’inflorescence avant de les aider à sortir grâce à leurs puissantes mandibules. Chargées de pollen, les femelles se mettent en quête de nouvelles inflorescences, adaptées cette fois à recevoir la semence masculine.

A noter que les figuiers cultivés sont pratiquement tous stériles. Et pourtant l’infrutescence mûrit. Ce phénomène s'explique par la parthénocarpie : le fruit est développé et contient des graines mais ces dernières sont stériles. Ce phénomène est d’autant plus intéressant dans notre région où le blastophage est très peu présent.
Alors, si vous souhaitez multiplier le figuier, le meilleur moyen reste le bouturage ou le marcottage.

 

Retour aux publications