Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications En septembre, le diable pourpre

Publication

Environnement et Cadre de Vie

Plante du mois

En septembre, le diable pourpre

Publié le 29/08/2017

 

Nom scientifique: Solanum atropurpureum

Famille: Solanacées

Aujourd'hui, intéressons-nous à un arbuste qui mélange beauté et agressivité !

Bonjour, et avant toute chose, d’où vous vient le nom vernaculaire si particulier de "diable pourpre" ?

Pourquoi un nom si effrayant ?

Bonjour ! Je vous remercie de me poser la question. Comme je me trouve face à vous, vous pouvez constater que je suis couvert d'épines redoutables, de couleur violet foncé et pouvant atteindre jusqu'à 2cm de longueur. J’en suis couvert de haut en bas, feuillage compris, d’où cette appellation peu « engageante ».

Est-ce la seule raison pour laquelle vous êtes ainsi redouté ?

Malheureusement non. Quelques épines ne suffisent pas à vous cataloguer de « diable », d'autant plus si elles sont aussi décoratives que les miennes. En fait, mes fruits sphériques de couleur orange vif sont très toxiques ! Et bien que je fasse partie de la famille de la tomate ou de la pomme de terre, abstenez-vous de les goûter. De plus, leur jus, très irritant pour la peau, peut entrainer de vilaines brûlures.

D’où votre nom Solanum atropurpureum

En effet, dans le nom scientifique vous retrouvez plusieurs de ces informations. Solanum, le nom de genre et atro qui vient de l'adjectif latin atrox et qui se traduit par "atroce", "cruel" ou "affreux". Et enfin, purpureum qui indique ma couleur rouge pourpre.

Quel est votre pays d’origine ?

L'Amérique du Sud et pour être plus précis, le Brésil.

Avez-vous quelquefois le mal du pays?

Parfois je repense aux grosses chaleurs et à l'humidité qui y règnent toute l'année. En France, je compense par un bon bain de soleil dès que cela est possible et bien sûr une protection totale face aux gelées hivernales ! Vous l’aurez compris je suis plutôt habitué au climat tempéré chaud à tropical. Et, si en France je suis apprécié pour ma beauté exotique, au Brésil on me compte plutôt parmi les herbes indésirables !

Quelle chance pour vous d’avoir élu domicile sous nos latitudes ! A quoi est-ce due d’après vous ?

D'après moi, cela tient à des atouts tels qu’un feuillage vert brillant en forme de pelle, une floraison jaune vif qui dure jusqu'aux premières gelées ou encore des tiges rouges flamboyantes. Une beauté « exceptionnelle » qui a su conquérir le cœur des jardins botaniques ! D’autant plus qu’exposé au plein soleil et cultivé dans un sol riche et drainant, je peux atteindre jusqu'à 2 mètres de hauteur et 1,20 mètre de largeur.

En résumé, il est difficile de vous manquer ! A n’en pas douter, nous aurons l’occasion de nous recroiser lors d’une balade dans un jardin. Merci pour cette belle découverte…. 

 

Retour aux publications