Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications Des envahisseurs au jardin...

Publication

Environnement et Cadre de Vie

Travaux de l'éco-jardinier

Des envahisseurs au jardin...

Publié le 31/05/2017

En raison de leur développement, certains végétaux sont jugés envahissants...

Le jardinier se trouve parfois en présence de végétaux qu'il juge trop envahissants.

Quels qu’ils soient, leur maîtrise constitue un travail de longue haleine. Leur mode de dissémination est un critère important à prendre en compte dans cette lutte. Voici quelques exemples d’empêcheurs de jardiner en paix !

 

- La prêle (Equisetum arvense), cette plante "archaïque" se développe dans un sol souvent argileux, pas nécessairement humide. Sa propagation est due à son système racinaire pour coloniser un espace. Ainsi, les racines peuvent descendre à 50 ou 70 cm de profondeur. Il suffit parfois d'un simple fragment pour créer de nouvelles souches. Evitez le motoculteur qui, en broyant les racines, ne fera qu'augmenter le nombre de pieds !

Solutions :      

  • couper dès l’apparition des jeunes pousses, de façon à empêcher la plante de fabriquer de la chlorophylle et ainsi épuiser ses réserves,
  • utiliser une bâche (en place pour 2 ans) pour occulter la lumière et limiter ainsi son développement,

Utilisation :     

  • conserver quelques tiges qui serviront à fabriquer un purin à utiliser en préventif contre les maladies et champignons.  

 

- Le liseron des haies (Calystegia sepium) se développe avant tout grâce à ses racines rhizomateuses épaisses. De plus, ses tiges volubiles pouvant atteindre 5 m de long peuvent s’enraciner dès qu’elles touchent le sol. Il se plaît dans des sols relativement humifères, plus ou moins frais.

Solutions :      

  • prélever systématiquement chaque fragment de racine susceptible de donner un nouveau pied,
  • mettre en place un paillage qui permettra de limiter la reprise en raison du manque de lumière.

 

- La grande ortie (Urtica dioica) produit un système racinaire principalement rhizomateux ainsi qu'un très grand nombre de graines.

Solutions :      

  •  arracher les racines superficielles traçantes,
  • couper régulièrement au printemps afin d'empêcher la floraison et la production de semences,

Utilisation :     

  • conserver quelques touffes car l’ortie est comestible et c’est également un excellent fertilisant et activateur de compost,
  • sa présence dans le jardin est importante pour la biodiversité car elle peut accueillir plusieurs espèces de papillons et de coccinelles…

 

Retour aux publications