Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications Un froid de canard,

Publication

Environnement et Cadre de Vie

Carnet du naturaliste

Un froid de canard,

Publié le 21/12/2017

En hiver, la tentation est grande de rester au chaud ! Et pourtant, c’est précisément le moment choisi par la faune emplumée pour s’aventurer sur les plans d’eau !

D’ailleurs, l’expression « un froid de canard » trouverait son origine dans les parties de chasses hivernales au cours desquelles le chasseur doit rester immobile, dans le froid glacial de l’hiver, avec l’espoir qu’une cible se présente enfin !

A Caen, l’étang de la prairie est l’endroit idéal pour les observations naturalistes hivernales (et non la chasse !). D’une surface d’environ 2,5 ha et bordé en partie d’une roselière, il est possible d’y rencontrer espèces communes ou palmipèdes de passage tels que :

Le canard colvert, Anas platyrhynchos, certainement le canard le plus facile à observer. En effet, le mâle a déjà revêtu son magnifique plumage nuptial, reconnaissable à sa tête et à son cou, couverts de plumes vertes irisées, et bordé d’un collier blanc. Quelques plumes recourbées, situées sur le dessus de la queue sont également visibles.

Vous pourrez l’apercevoir, barbotant en compagnie de femelles au plumage nettement plus discret : un mélange de fauve, brun foncé et blanc.

Le fuligule milouin, Aythya ferina, arrivé tout droit du nord en octobre, vient quant à lui chercher des températures plus douces sous nos latitudes, où il restera jusqu’en mars. Plus petit et discret que le canard colvert, cet anatidé se reconnaît à une robe majoritairement gris-clair. Le mâle se distingue par sa tête et ses yeux rouges.

Lors de vos observations, peut-être apercevrez-vous également la sarcelle d’hiver, Anas crecca, le plus petit canard d’eau douce d’Europe. Ce migrateur partiel, n’appréciant pas les plans d’eau gelés, passent l’hiver chez nous. Le mâle se reconnaît à sa tête rousse et à une large bande verte englobant l’œil, et se prolongeant jusqu’à l’arrière de la tête. Le reste du corps est majoritairement ponctué de gris sur fond blanc.

Plus rare, mais plutôt facile à reconnaitre, le canard souchet Anas clypeata, pourra également être observé autour du plan d’eau. La tête vert-bouteille du mâle s’orne d’un iris jaune. Sa poitrine est blanche, ses flancs marrons et son dos majoritairement noir. Son gros bec, gris-noir et élargi à son extrémité, permet de le différencier sans hésitation de ses cousins.  

Peut-être rencontrerez-vous également d’autres palmipèdes tels que le canard siffleur, pilet ou chipeau, le fuligule morillon, la nette rousse, sans oublier toutes les espèces de goélands, mouettes, sternes…

Ainsi même en hiver, la nature nous promet de belles découvertes, profitons-en !

Retour aux publications