Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications La Prairie de Caen

Publication

Environnement et Cadre de Vie

Carnet du naturaliste

La Prairie de Caen

Publié le 01/10/2014

Une zone humide remarquable ...

La Praire de Caen, une zone humide remarquable.

Au coeur de la ville, cet espace de 90 hectares, riche par sa diversité de milieux, sa flore et sa faune se compose de plusieurs espaces à découvrir.

Retour sur ce site urbain exceptionnel :

L'étang

D'une surface de 26 900 m2, il est alimenté par les précipitations, les nappes phréatiques de l'Orne et il jour un rôle d'éponge lors des inondations. L'étang favorise l'accueil des oiseaux sur le site ainsi que les activités ornithologiques. Zone de transit pour de nombreux oiseaux, diverses espèces migratrices et sédentaires ont ainsi pu être observées. Une flore aquatique et de berge s'y développe également.

Différentes actions sont menées pour la préservation de cet espace : surveillance d'éventuelles plantes invasives, coupe régulière de la végétation arborescente, restauration des berges en pentes douces...

Quelques espèces végétales et animales visibles : les Elodées (Elodea), le Potamot de Berchtold (Potamogeton berchtoldii), le Cresson amphibie (Rorippa amphibia), la Grenouille verte (Pelophylax kl.esculents), la Poule d'eau (Gallinula chloropus), l'Anax emepreur (Anax imperator-libellule)...

La mégaphorbiaie

Partie régulièrement inondée dont les sols sont riches en nutriments. Sa végétation, haute et dense, se compose de plantes herbacées, vivaces rares ... qui favorisent le développement d'une diversité animale exceptionnelle et reconnue. C'est un habitat protégé à l'échelle européenne.

Ainsi, elle abrite et nourrit plusieurs espèces animales remarquables telles que le hibou des marais (Asio flammeus) et le Pipit spioncelle, la Bécassine des marais (Gallinago gallinago) une espèce menacée, le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum)...

L'entretien de cet espace consiste en une fauche tardive (août-septembre) réalisée en courbe afin de créer des zones de transitions entre les différents milieux, et en l'élimination de la végétation arborescente de type saule.

Quelques exemples de végétaux présents : l'Ortie dioïque (Urtica dioica), l'Epilobe hérissée (Epilobium hirsutum), le Liseron des haies (Calystegia sepium), l'Alpiste roseau (Phalaris arundinacea), la Salicaire commune (Lythrum salicaria)...

Les prairies

On distingue 3 grands types de prairies qui sont définies par rapport à leur capacité à être inondées : peu, temporairement ou bien longuement.

La végétation varie en fonction de la présence de l'eau dans le sol et de son niveau. Favorable à la nidification et au refuge d'une faune diversifiée, il est possible d'observer la Fétuque roseau (Festuca arundinacea), le Bouton d'or (Ranunculus commutatus), l'Orge faux-seigle (Hordeum secalinum), la Cardamine des près (Cardamine pratensis), l'Oenanthe à feuille de silaüs (Oenanthe silaifolia), la Glycérie flottante (Glyceria fluitans), le Jonc diffus (Juncus effusus)...

De nombreux animaux sont également présents tels que le Héron cendré (Ardea cinerea), la Bécassine des marais (Gallinago gallinago), le Campagnol des champs (Microtus arvalis), le Rat des moissons (Micromys minutus)...

L'entretien de cet espace consiste également en une fauche tardive avec exportation des produits de fauche, en laissant toutefois quelques bandes refuges non coupées. Cette gestion est effectuée en partenariat avec le Groupe Ornithologique Normand (GON).

Retour aux publications