Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

Accueil Publications La taille des rosiers

Publication

Environnement et Cadre de Vie

Travaux de l'éco-jardinier

La taille des rosiers

Publié le 28/02/2017

Expliquer et comprendre la taille d’un arbuste, sans avoir de sujet de démonstration pour visualiser, n'est pas toujours facile ! Concernant la taille des rosiers, il est tout de même possible de mettre en avant quelques règles de base. A vos sécateurs…

Avant de commencer, voici quelques éléments à prendre en compte :  

Le choix d'un matériel adapté : 

Le sécateur traditionnel est réservé aux rameaux d’1 ou 2 ans. Au-delà, il est conseillé de prendre le sécateur de force. En effet, les tiges se lignifient, leur diamètre s'accroit d'où plus de difficultés à les sectionner. Quel que soit le matériel, celui-ci doit être bien affûté et propre.

La variété du rosier :

Les rosiers dits "modernes" (hybridations postérieures à 1856) ne subsistent pas longtemps s’ils ne sont pas taillés régulièrement. En effet, ils auront tendance à vieillir plus rapidement et à être davantage sensibles aux maladies.

Le mode de floraison :

Certains rosiers fleurissent sur le bois de l’année, c’est-à-dire à l’extrémité des nouvelles pousses. Celles-ci apparaissent progressivement tout au long de la saison et se couvrent d'inflorescences durant tout l’été. Il s’agit de rosiers "remontants" et sont taillés à la fin de l’hiver (fin février jusqu’à la mi-mars). Un autre groupe de rosiers développe des fleurs sur des pousses d’un an ou plus. Dans ce cas, une fois la floraison passée, plus aucune fleur n'est attendu. Ce sont des rosiers "non remontants". Ils seront rabattus dès les dernières fleurs fanées (début juillet en général). Ainsi le sujet aura le temps de produire de nouvelles pousses qui donneront naissance aux fleurs l’année suivante.

La longueur de taille nécessaire :  

Une taille sévère (rabattage des 2/3 ou ¾) a pour effet d’augmenter la régénération et la longueur des nouvelles pousses. Les fleurs auront tendance à être plus grosses mais leur nombre sera moins important. La taille légère (diminution d’1/3 par exemple) favorise une floraison précoce et abondante mais réduit la longueur des pousses.

La ramification de la plante :

La plupart des rosiers se ramifient essentiellement sur la partie supérieure de l’arbuste. Une taille sévère (= rabattage) les oblige à redémarrer du pied. D’autres rosiers produisent spontanément de nouvelles pousses depuis leur base. Dans ce cas, des pousses très vigoureuses apparaissent. Elles sont idéales pour régénérer le pied. Attention toutefois à ne pas les confondre avec des rejets du porte-greffe, communément appelés « gourmands » !

L’emplacement de la coupe :

Une branche de rosier doit être coupée au-dessus d’un bourgeon. Si le sécateur est trop éloigné (+ de 2 cm), la plante produira un chicot desséché qui dépréciera la valeur ornementale. Au contraire, si vous effectuez une section trop proche du bourgeon (- de1 cm), vous risquez d’abîmer la futur pousse.

Des soins en plus pour vos rosiers :

Outre la taille, n'hésitez pas à effectuer des apports de compost ou de fumier bien mûr. En plaçant dès maintenant cette nourriture au pied de la plante, les éléments nutritifs seront ainsi disponibles courant du printemps. A compléter en cours de saison avec du purin d’ortie, riche en azote (favorise le développement) et du purin de consoude, riche en potasse (favorise la florai

Retour aux publications