Contenu non disponible, Merci de retourner votre smartphone
logo CAEN.fr

Formulaire de recherche

  • 591

    C'est la surface d'espaces verts (en hectares) à Caen. Cela correspond à 25% du territoire.
  • 106 538

    C'est le nombre d'habitants à Caen (chiffres Insee 2014)
  • 4

    pôles de vie des quartiers offrent un service de proximité aux habitants.
Accueil Citoyenneté Relations internationales Histoire de la coopération internationale à Caen

Histoire de la coopération internationale à Caen

(crédit : Ville de Caen / F. Decaëns)
(crédit : Ville de Caen / F. Decaëns)

Histoire de la coopération internationale à Caen

Caen, c'est plus de 50 ans de coopération internationale.

Lors des bombardements alliés de juin et juillet 1944, la Ville de Caen est détruite à 80 %. L’aide internationale (États-Unis, Canada, Suède, Suisse, Angleterre, Écosse, Belgique) aide à organiser une reconstruction orientée vers la paix et la liberté. L’entraide des pays voisins s’organise autour de la distribution de vêtements, chaussures, fournitures scolaires, livres pour les bibliothèques... et de la construction de baraquements, crèches et maisons (notamment les fameuses maisons suédoises).

Ville meurtrie par la guerre, Caen souhaite, à son tour, favoriser la construction d’une paix durable pour tous et avec tous. Elle se tourne alors vers l’Allemagne. En 1962, Würzburg (Bavière) devient la première ville jumelle de Caen, avant même la signature de l’accord Adenauer / De Gaulle.

Du jumelage à la coopération décentralisée

Le jumelage

Avant la Seconde Guerre Mondiale, les relations internationales étaient de la compétence de l’État. À l’issue de la guerre, la notion de jumelage apparaît et implique directement les collectivités territoriales. L’objectif est de favoriser la réconciliation, l’amitié, la compréhension entre les habitants, en développant des activités culturelles et sportives.

Le jumelage-coopération

Puis, les collectivités ont souhaité partager leurs expériences et leur savoir-faire. C'est le temps des jumelages-coopérations, qui unissent des collectivités locales de pays industrialisés et de pays en voie de développement. La coopération devient essentiellement humanitaire et se développe dans le sens Nord-Sud.

La coopération décentralisée

Depuis la loi du 6 février 1992, qui réglemente les interventions des collectivités territoriales en matière internationale, la coopération décentralisée remplace les relations internationales. Elle concerne toute relation entre une collectivité territoriale française et une collectivité territoriale étrangère.

Dans ce cadre, le ministère des Affaires étrangères encourage une vraie collaboration et des échanges d’expertise, déléguant ainsi l’aide humanitaire, hormis en cas d’aide d’urgence (une catastrophe naturelle, par exemple).