Aller au contenu principal

COVID-19

À compter du samedi 3 avril, les mesures liées à l'épidémie sont renforcées sur tout le territoire métropolitain, pour une durée de 4 semaines.

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Carnaval de Caen : une idée derrière la fête

Char "La médecine à travers les âges", cavalcade de Caen, 1905
Culture(s), Patrimoines Publié le 31/03/2021

Tantôt source de notoriété, opportunité commerciale, lieu de revendications sociales ou moment de détente, le carnaval étudiant est un marqueur de l’identité caennaise. Cinq périodes dessinent l’évolution de cet événement à travers les siècles, de "La Farce de Pates-Ouaintes" aux festivités actuelles.

1493, "La Farce de Pates-Ouaintes"

Considérée comme la première trace du carnaval étudiant de Caen, La Farce de Pates-Ouintes est jouée en 1493. À l’époque, la colère gronde à l’Université. Celle-ci doit payer une nouvelle dîme levée par le roi de France et le clergé, alors qu’elle en était jusque-là exemptée.

Les étudiants, futurs notables, prendront sa défense par le biais de La Farce de Pates-Ouintes, une pièce de théâtre satirique jouée devant l’hôtel particulier du vicomte de Caen, Girard Bureau.

1894 - 1914, l’âge d’or

Char, cavalcade de Caen, 1905, carte postale, 9 x 14 cm

© Collection Gérard Pigache - Archiveuro

À partir du XIXe siècle, la tradition des carnavals se développe. C’est le cas à Caen, où des cavalcades sont organisées dès 1850 par des collectifs bourgeois.

"Il s’agissait de défilés de chars à thème, précise Simon Lanry, médiateur culturel au musée de Normandie et assistant au commissariat de l’exposition "Carnavals". Il y avait clairement un objectif de prestige. C’était un moyen de faire parler de la ville".

En 1894, les étudiants caennais prennent la main sur l’organisation du carnaval. Cavalcade, retraite aux flambeaux, bal…

"Cette édition remarquable a un bel écho dans la presse locale".

Forts de ces éloges, les carnavals suivants seront systématiquement organisés par les étudiants, avec l’appui des pouvoirs publics.

L’entre-deux guerre, la commercialisation

La Première Guerre mondiale sonnera la fin des célébrations. À partir de 1920, des carnavals sont organisés ponctuellement mais, moins rassembleurs, ils ne rivalisent pas avec les cavalcades d’avant-guerre. Peu à peu, les étudiants vont se faire aider par d’autres groupes et associations.

"On observe l’installation d’une logique commerciale à partir de 1935, quand l’organisation change de main et revient au Comité de la grande quinzaine commerciale. L’événement devient une vitrine pour les commerçants. Il s’agit de faire venir le plus de chalands possible, notamment de l’extérieur de la ville".

L’après-guerre, entre proximité avec les Caennais et crise sociale

Au lendemain du conflit, les temps sont rudes à Caen. Les étudiants s’efforcent d’apporter un peu de joie avec l’organisation d’un carnaval dès 1946, malgré des moyens très limités.

"Il va y avoir une vraie recherche de contact avec les habitants. Les carnavals suivants montrent une ouverture sur la ville, détaille Simon Lanry. On se moque des Caennais mais gentiment, de manière assez tendre".

L’édition de 1949 marque pourtant une rupture entre les étudiants et la municipalité. La fermeture des maisons closes, rendue obligatoire par la loi Marthe-Richard, est le prétexte à des déguisements, un char et une saynète. Alertés par plusieurs pères de famille, le maire de l’époque, Yves Guilloux, décide de stopper le versement des subventions au carnaval jusqu’à ce que les étudiants "s’assagissent". Très mal reçue, l’injonction provoque la colère des organisateurs.

"Cela va les diviser, avec d’un côté ceux qui veulent accepter l’offre du maire, de l’autre ceux qui s’y refusent".

L’événement s’essouffle peu à peu, miné par les divisions, les conflits politiques et les combats sociaux.

"La dernière édition a lieu en 1963, dans un contexte compliqué d’augmentation de la population étudiante et de manque de logements".

Depuis 1996, la fête étudiante

Carnaval étudiant de Caen 2019

© Ville de Caen / F. Decaëns

Il faudra attendre 1996 pour que les étudiants en arts du spectacle reprennent le flambeau. Cette fois, le carnaval mise sur la festivité.

"Aujourd’hui, on peut presque parler de rite de passage, analyse Simon Lanry. Le carnaval de Caen est fait par et pour les étudiants".

L’évolution des événements culturels et des mesures de sécurité transforment aussi l’événement. Le parcours, jusqu’ici en cœur de ville, évolue pour arriver au Parc des expositions et se conclure par un concert en plein air

Date de publication: 31/03/2021

Dernière mise à jour de la page: 06/04/2021 à 16h35