Aller au contenu principal

COVID-19

Retrouvez l'ensemble des mesures prises à Caen dans le cadre de la crise sanitaire. Les informations sont mises à jour au fur et à mesure.

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Les 13 foulées gagnantes d'Edgar Levard

Edgar Levard pose sur la piste du Stade Hélitas
Talent caennais Publié le 03/11/2020

Le coureur du Caen Athletic Club, Edgar Levard, a réalisé un exploit lors des championnats de France d'athlétisme 2020. Sa 2e place en finale du 400 mètres haies est pour lui une consécration.

Un record personnel pulvérisé (51’’46 au lieu de 51’’66 sur 400 m haies) et une médaille d’argent autour du cou ! Pour sa première finale en Élite aux championnats de France d’athlétisme, le coureur de haies Edgar Levard a frappé fort, le 13 septembre 2020 à Albi. "J'ai toujours été transcendé par les 'France', commente-t-il, mais là, c'était particulier. Je suis arrivé très affûté et confiant."

Dans la spécialité de l'athlète caennais, le tour de piste est barré de dix obstacles qu’il faut franchir avec fluidité pour garder toute sa vélocité : "J'enchaîne 13 foulées entre les premières haies, puis 14 et 15 à mesure que les jambes fatiguent, explique Edgar. Pour aller plus vite en finale, on a misé sur une stratégie audacieuse en décidant que je resterai à 13 foulées un intervalle de plus que d'habitude, et ça a payé !"

Mais davantage que cet ultime choix tactique, c'est une belle histoire de passion sportive que ce titre de vice-champion de France vient consacrer, car l'athlétisme fait depuis toujours partie intégrante de la vie d'Edgar.

Enfant de la piste

"Je suis né au stade Hélitas", plaisante-t-il en évoquant ses parents, qui sont tous deux des athlètes accomplis et ses premiers conseillers. Anne, sa mère heptathlonienne, aide à élaborer ses programmes de préparation physique tandis qu'Éric, son père décathlonien, est son entraîneur au sein du Caen Athletic Club.

Les ingrédients étaient réunis pour assister à une éclosion précoce, mais les pépins physiques en ont décidé autrement. "Je n'ai pas été épargné par les blessures dans les catégories jeunes, retrace-t-il. La dernière en date m'a tenu éloigné des pistes pendant 18 mois. C'est après ça, à 21 ans, que je suis passé du 800 mètres au 400 mètres haies."

Pour Edgar, l'entraînement au Stade Hélitas est une autre façon de passer du temps avec ses amis et ses parents.

© Ville de Caen / J.-Ch. Lorieux

Tout en progressant dans sa nouvelle spécialité, ce grand gabarit d'1m91 à la tête bien faite mène de front des études d'ingénieur. "C'est compliqué à gérer, surtout quand les examens se télescopent avec les compétitions, la priorité restant les études."

Son diplôme en poche, il intègre en novembre 2017 la communauté urbaine de Caen la mer comme ingénieur conducteur d’opérations à la direction des Bâtiments. "J'ai des horaires allégés, 28 heures par semaine, qui me permettent de mieux équilibrer travail et sport."

À côté de ses cinq à six séances d'entraînement hebdomadaire, Edgar peaufine son "entraînement invisible". "J'ai intégré dans mon quotidien des exercices d'étirement et de respiration, et j'ai adapté mon régime alimentaire en supprimant les sucres ajoutés. Au fil des ans, je me suis aussi entouré de toute une équipe de professionnels : préparateur mental, ostéo, kiné..."

Son cercle familial, son encadrement, son approche professionnelle du sport sans oublier les copains de son groupe d'entraînement lui ont permis de franchir un cap. "Je sais que j'ai encore une marge de progression et que je peux peut-être envisager l'équipe de France, mais quoi qu'il en soit, la motivation première sera toujours le plaisir que je prends dans mon sport."
 

Date de publication: 03/11/2020

Dernière mise à jour de la page: 09/11/2020 à 17h57