Aller au contenu principal

COVID-19

Retrouvez l'ensemble des mesures prises à Caen dans le cadre de la crise sanitaire. Les informations sont mises à jour au fur et à mesure.

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

L'histoire millénaire des jardins caennais

Illustration histoire des jardin
Patrimoines Publié le 19/11/2020

Caen, enserrée dans ses murs à ses origines, a su développer son patrimoine vert au fil des siècles. L’universitaire Jean-Marc Dupuis raconte cette évolution passionnante dans son dernier ouvrage consacré à l'histoire des jardins de la ville.

Qu’il s’agisse d’une promenade familiale ou d’une sortie de course à pied, prendre un bol d’air à la Prairie fait partie des réflexes naturels de beaucoup de Caennais. Ce faisant, ils contribuent sans le savoir à perpétuer une tradition de près d’un millénaire.

« Au Moyen Âge, les habitants de Caen ont peu d’espace à l’intérieur des murailles de la ville. Les rues sont étroites, les places n’ont pas encore été aménagées et les jardins privés sont clos de hauts murs de pierre. Hormis les cours de l’Orne et des Odons, la ville est très minérale, explique l’auteur Jean-Marc Dupuis. Pour se promener, se retrouver en groupes ou pratiquer les activités sportives et récréatives de leur époque, les Caennais sortent de la ville dans les prés qui l’entourent et le secteur de la Prairie est déjà très prisé. »

Après deux livres sur les moulins et les hôpitaux de Caen, Jean-Marc Dupuis, professeur honoraire à l’Université, s’est intéressé aux jardins « sur une proposition de ma petite-fille ». L’économiste passionné d’histoire s’est attelé à ce sujet hors des sentiers battus avec la rigueur scientifique qui le caractérise.

Très bien documenté et illustré, son ouvrage paru aux Cahiers du Temps, Histoire des Jardins de Caen au Moyen Âge, interroge sur près de mille ans la place du végétal dans la cité. Il esquisse plus largement une histoire de la ville et des évolutions marquantes de son urbanisme.

« Il faut attendre le XVIIe siècle pour voir Caen commencer à s’ouvrir, retrace-t-il. Les remparts sont détruits. Le jardin botanique est créé. Les allées ombragées propices à la promenade et les jardins d’agrément font progressivement leur apparition. »

Caen, de plus en plus verte

Si l’avènement de l’ère industrielle marque un recul de la place des jardins dans la ville, cette tendance s’inversera après la Seconde Guerre mondiale au profit d’une aspiration citadine à toujours plus de verdure. « C’est à partir des années 1980 que se multiplie la création de parcs publics, allant du petit jardin de quartier comme celui de la Venelle aux Champs au grand parc paysager comme la Colline aux Oiseaux. Ce phénomène se retrouve dans beaucoup de villes françaises. À Caen, le site qui fait exception demeure sans conteste la Prairie avec ses espaces naturels préservés si proches du centre-ville. »

Date de publication: 19/11/2020