Aller au contenu principal

COVID-19

En raison de la circulation active du virus Covid-19 dans le département, le port du masque est de nouveau obligatoire en centre-ville de Caen.

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Contacter le service avec Acceo Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Philippe Geluck présente le Chat en grand format

Philippe Geluck dans son atelier
Prenez date Publié le 03/09/2021

Après Paris et Bordeaux, les 20 statues monumentales du Chat de Philippe Geluck débarquent à Caen à la fin du mois pour une inauguration prévue le 2 octobre. Empreinte d’humour et de poésie, l’exposition à ciel ouvert crée l’événement dans l’espace public. Le dessinateur belge nous en parle.

Comment est née l'envie de passer du dessin à la statue en bronze de deux mètres de haut et de près d'une tonne ?

Pour cette exposition événement, le Chat a pris du volume.

© Studio FiftyFifty

"Le geste de départ est le même : il y a d’abord une idée et un croquis. J’ai réalisé un premier Chat en terre glaise dès les années 1980 avec l’aide d’un ami sculpteur, François Deboucq, et d’autres sculptures de petit format sont venues par la suite dans les années 2000.

L’idée de cette exposition monumentale est née en 2018. La finalité est de les vendre à des collectionneurs pour financer le projet de musée du Chat et du dessin d’humour. Ces 20 statues sont le fruit d’un travail d’équipe qui a pris deux ans et mobilisé 45 personnes (voir les étapes de la création sur lechat.com/lechatdeambule/exposition).

Tout a été réalisé dans un rayon de 40 kilomètres autour de chez moi. Ce projet a aussi permis de créer des emplois, ce dont je suis plutôt fier."

 

Comment a été reçue l'exposition sur les Champs-Élysées, puis à Bordeaux ?

"C'était assez fou et impressionnant à voir. Quand nous avons inauguré l'exposition à Paris en mars dernier, les lieux culturels étaient fermés. Les gens sont venus en nombre et leur accueil a été très chaleureux. Je n'avais jamais vécu ça, ce furent des moments forts d'émotion."

Au-delà de votre sens de la dérision, on vous sent animé par une volonté d’amener le grand public à la rencontre de l'art. Avez-vous choisi l'humour pour mieux porter un costume de passeur de culture ?

"Ce n’est pas quelque chose dont je me sens investi quand je crée, mais c'est vrai que c'est un aspect qui s'est développé au fil du temps, notamment parce que l'attachement au Chat se transmet de génération en génération.

Lors de l'exposition L'art et le Chat, j’ai entendu un enfant dire à ses parents "C’était trop bien, quand est-ce qu’on retourne au musée ?". Si je peux contribuer à éveiller cette curiosité, ça me va très bien."

Avant de débarquer à Caen, l'exposition "Le Chat déambule" est passée par Paris puis Bordeaux.

© Studio FiftyFifty

Vous préférez que l’on dise "le célèbre Chat de Philippe Geluck" ou "le Chat du célèbre Philippe Geluck" ?

"La première évidemment, je ne suis qu'un humble serviteur du Chat. C'était à l'origine un personnage sans nom, qui a réussi à faire d'un mot commun un nom propre."

Comment s'est construite cette étape caennaise ?

"Le lien avec Caen s'est fait par le biais du directeur du Mémorial, Stéphane Grimaldi, qui est un ami. J'ai ensuite rencontré le maire et j'ai été séduit par son enthousiasme à la perspective d'accueillir l'exposition.

Nous allons proposer ici une nouvelle présentation. Les statues ne seront pas en enfilade, mais disposées en plusieurs endroits, sous la forme d'un parcours en ville."

"Le Chat déambule" a attiré entre 2,5 et 3 millions de visiteurs à Paris.

© Studio FiftyFifty

Philippe Geluck, accueilli par Joël Bruneau pour déterminer le parcours caennais de l'exposition.

© Ville de Caen / J.-Ch. Lorieux

Chaque sculpture mesure 2,70 mètres de haut (socle compris) et pèse 2,5 tonnes.

© Studio FiftyFifty

Date de publication: 03/09/2021

Dernière mise à jour de la page: 12/10/2021 à 8h51