Aller au contenu principal
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Des lotus et de l'eau

un zoom sur un lotus
Carnet vert Publié le 08/07/2020

Fleur sacrée dans les religions orientales, le Lotus est une magnifique plante aquatique.

Certains feuillages de plantes ne semblent jamais mouillés. Au mieux, quelques gouttes sont visibles, disséminées à la surface ou regroupées dans un creux. Il s'agit de l'hydrophobie.

Une technique surprenante

Les feuilles de lotus sont recouvertes de papilles microscopiques, certaines très courtes et d'autres plus hautes. Lorsque des gouttes de rosée se déposent, elles prennent appui sur les plus hautes papilles.

Elles roulent ensuite délicatement puisque la surface de contact est réduite. En cas de forte pluie par contre, les gouttes atterrissent sur les papilles les plus basses, qui disposent en leur base d’une microcouche d'air jouant le rôle d’expulseur.

L’intérêt pour la plante

En roulant, les gouttes d'eau "nettoient" la feuille et limitent ainsi le risque de développement d’agents pathogènes (champignons par exemple).

Pour leurs échanges gazeux (respiration et photosynthèse), les plantes possèdent des stomates, généralement disposés sur la face inférieure de leurs feuilles. Dans le cas du lotus, ceux-ci sont placés sur le dessus de la feuille.

Ainsi les échanges gazeux ne sont pas interrompus lorsque la feuille flotte sur l’eau ni en cas de pluie puisque l’eau est « expulsée ».

Le phénomène d’« hydrophobie » se retrouve également chez certaines plantes de la famille des brassicacées (chou, pastel, moutarde…).

Date de publication: 08/07/2020

Dernière mise à jour de la page: 10/07/2020 à 11h20