Aller au contenu principal

Alerte infos

Flamme olympique, marathon de la Liberté, D-Day... consultez toutes les conditions de circulation et de stationnement.

Rappel : Caen n'étant pas en zone ZCR à l'heure actuelle, il n'est pas nécessaire de demander un sticker pour circuler dans Caen le 6 juin

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Contacter le service avec Acceo Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Lou Guyard, apprentie en or

Portrait de Lou Guyard, triple médaillée d'or au concours de meilleurs apprentis de France (2020, 2022 et 2023)
Talent caennais Publié le 29/04/2024

Triplement médaillée d’or au concours de meilleurs apprentis de France, Lou Guyard est spécialisée dans le travail du bois. Étudiante à l’Institut Lemonnier, elle termine un Brevet des métiers d’art et perfectionne sa technique avec exigence.

Lou Guyard a remporté l'or dans trois disciplines : la menuiserie en 2020, l’ébénisterie en 2022 et la marqueterie sur bois en 2023.

© Ville de Caen / J. Urvoy

Trois médailles

L’expression « avoir de l’or dans les mains » semble être faite pour elle. À seulement 20 ans, Lou Guyard possède déjà le triple titre de meilleure apprentie de France dans trois disciplines : la menuiserie en 2020, l’ébénisterie en 2022 et la marqueterie sur bois en 2023. 

« La première fois qu’on m’a parlé du concours, j’étais émerveillée. Je ne pensais même pas passer les sélections, se souvient la jeune femme. Elle décroche pourtant l’or au niveau départemental, puis régional, avant la consécration à l’échelle nationale. « Les deux fois suivantes, c’est moi qui ai demandé à participer ! » 

Chaque projet lui demande entre 300 et 350 heures de travail. « C’est un vrai engagement, reconnaît-elle. On fait des grosses journées mais c’est un métier plaisir. »

La création de Lou Guyard pour le concours de meilleurs apprentis de France, catégorie marqueterie sur bois (2023).

© Ville de Caen / J. Urvoy

Épreuve de marqueterie sur bois

Poussée par une perpétuelle soif d’apprendre, elle s’illustre notamment lors de l’épreuve en marqueterie d’art. « Il fallait réaliser une pièce à partir d’un dessin imposé, fournir les plans et un dossier de présentation des étapes de fabrication. » 

Pour s’y préparer, elle obtient un stage de plusieurs semaines à l’Atelier Sanson, tenu par deux frères meilleurs ouvriers de France. « Je n’avais jamais fait de marqueterie avant, c’était la meilleure école possible ! Au début, c’était assez laborieux en fabrication. Il faut que l’œil s’habitue à la découpe pour que cela devienne intuitif. » 

À force d’entraînement et de préparation – elle ira jusqu’à Paris pour sélectionner le bois de plaquage de son projet –, Lou Guyard livre une création « fleurie. Je voulais que les couleurs ressortent ». Une prise de risque récompensée d’une nouvelle médaille d’or au théâtre du Châtelet (Paris) le 21 février dernier. 

« J’avais envie d’apprendre quelque chose de nouveau. Cette fois-ci, il ne s’agissait pas de prouver mes compétences mais de donner le meilleur de moi-même. J’y ai pris beaucoup de plaisir. » 

 

« Être têtue est parfois une bonne chose ! »

 

Avec trois médailles d'or à son palmarès, Lou Guyard est désormais membre des jurys départementaux et régionaux du concours des meilleurs apprentis de France.

© Ville de Caen / J. Urvoy

Faire feu de tout bois

Fille des propriétaires de la société Grimbert Emballages dans l’Orne, spécialisée dans la fabrication d’emballages en bois, Lou Guyard poursuit une tradition familiale. 

« Déjà enfant, j’allais dans l’atelier pour créer. Si j’avais une idée, il fallait que je la réalise dans les jours qui suivent. Certains disent que je suis têtue… mais être têtue est parfois une bonne chose ! » 

Aujourd’hui, elle est membre du jury pour l’édition 2024 des concours départementaux et régionaux de menuiserie et d’ébénisterie. « C’est intéressant de voir l’autre côté. » 

À l’Institut Lemonnier, où elle termine son Brevet des métiers d’art, elle donne aussi des conseils aux trois élèves qui préparent le concours, « sans les guider pour rester impartiale. Je vais laisser ma place aux autres. » 

Son parcours à elle se poursuivra à Nantes, où elle s’est inscrite en alternance à l’école du design. « Je travaille également chez Pietro Seminelli, ébéniste de formation, architecte et maître dans l’art du pli. C’est une entreprise où il y a une grande liberté de création. » L’essence même de la passion de Lou.

Date de publication: 29/04/2024