Aller au contenu principal

Alerte infos

Flamme olympique, marathon de la Liberté, D-Day... consultez toutes les conditions de circulation et de stationnement.

Rappel : Caen n'étant pas en zone ZCR à l'heure actuelle, il n'est pas nécessaire de demander un sticker pour circuler dans Caen le 6 juin

En savoir plus
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Contacter le service avec Acceo Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel
Pictogramme
Pictogramme au survol
Afficher sur l'agenda 0

Enquête de recensement des espèces de coccinelle

Aidez-nous à mieux connaître les différentes espèces de coccinelles présentes à Caen en photographiant celles que vous rencontrerez !

Une étude sur la richesse de la diversité des coccinelles a été lancée en septembre 2017 par le GRETIA (Groupe d’Études des Invertébrés Armoricains) dans le but de réaliser un Atlas des Coccinelles du Grand Ouest.

La Ville de Caen met à profit l’expérience de cette association et le regard des habitants pour en savoir plus sur les différentes espèces présentes sur le territoire caennais.

Votre contribution à cette enquête via ce formulaire est précieuse, merci pour votre observation !

* Champs obligatoires

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 modifiée, relative à l’informatique et aux libertés, et au règlement européen n°2016/679, dit Règlement Général sur la Protection des Données, vous pouvez obtenir communication des données vous concernant en vous adressant par courrier accompagné d’une copie de votre pièce d’identité, au Délégué à la Protection des Données à l’adresse suivante : Mairie de Caen – M. Le Délégué à la Protection des Données - Esplanade Jean-Marie Louvel - 14027 Caen cedex 9 ou par mail à l’adresse suivante : dpo@caen.fr

Contact

Jardin des Plantes - jardin botanique

Contacter par mail Fiche détaillée

Adresse

Place Blot
14000 Caen

Téléphone

Tout est bon dans le maceron !

Cette apiacée se développe dans les douves du Château de Caen

Dans les douves du Château de Caen, à la découverte de cette apiacée oubliée… 

Espaces verts Carnet vert

Dans les douves du Château de Caen, le maceron (Smyrnium olusatrum) se développe spontanément. Il appartient à la même famille (Apiacées) que la berce commune, la carotte ou le persil.

Cette plante a connu son heure de gloire au moyen-âge quand Charlemagne en imposait la culture dans les jardins des simples (Capitulaire de Villis).

Toutes les parties sont consommables :

  • la racine, consommée crue ou cuite à la vapeur,
  • les jeunes feuilles, comme les épinards
  • les pétioles cuits à la vapeur ou confits à l'instar de l'angélique,
  • les fleurs en boutons vinaigrées ou les ombelles en beignets,
  • les graines, en condiment à utiliser entier ou moulu.

Très rare dans le reste de notre région, elle pousse allègrement aux abords de cet édifice. Il s'agit très certainement d'une rescapée témoignant d'une autre époque et aujourd'hui laissée pour compte car remplacée par d'autres légumes "plus à la mode".

L'anémone de Caen, une célébrité caennaise

Anémone

Parmi le cortège floral coloré et lumineux des espèces printanières, découvrez, ou redécouvrez l’anémone de Caen.

Espaces verts Plante du mois

Retour vers le passé

Vers 1660, les premières anémones issues de Constantinople sont cultivées en France, plus précisément dans le quartier du Temple à Paris.

Le 18ème siècle marque alors le début d’une culture passionnée pour cette belle printanière.

A cette époque, les plus belles variétés, à fleurs simples et doubles, proviennent de Caen et de Bayeux. Elles sont réputées pour la taille de leurs fleurs et la vigueur de leur végétation. Les plus belles se vendaient à la pièce à des prix variant selon leur mérite.

Un 19ème siècle haut en couleur

Au début du 19ème, l’engouement pour la délicate bulbeuse retombe. 

Puis elle revient en force, cultivée dans les environs de Caen, où la terre et le climat lui réussissent particulièrement bien.

Ainsi, en 1841, Achille de Viette détient une collection de quelques 300 variétés qu’il commence à diffuser.

D’autres producteurs normands, tels la famille Pelpel, le jardinier-fleuriste Croisy, dit Richard ou encore l’abbé Laurent, s’attachent à faire connaître les anémones normandes. Elles développent ainsi leur renommée en France et à l’étranger sous le nom d’« Anémone de Caen », 

Un maître caennais

En 1876, Edouard Pelpel fils, grainetier caennais d’une grande notoriété a créé une collection s’élevant à plus de 1200 variétés. Il était installé au champs Saint Michel, peut-être l’actuel quartier du Chemin Vert, où existe aujourd’hui une « rue des champs Saint Michel ».

Abracadabra

Feuilles de Ruizia cordata

Protéger une plante aux propriétés magiques et éviter ainsi qu'elle ne disparaisse...

 

 

 

 

 

Espaces verts Carnet vert

Les végétaux peuvent être utilisés de mille façons : cuisine, textile, teinture, menuiserie… mais saviez-vous que certains sont plus particulièrement appréciés pour leur propriétés magiques ? Prenons l’exemple de Ruizia cordata, endémique sur l’Ile de la Réunion. Tellement utilisé il a bien failli disparaître du patrimoine végétal local.

  • Les parties de la plante utilisées

L’écorce : elle permet de réaliser une tisane qui, accompagnée de quelques formules magiques, sert à jeter des sorts.

La récolte de l’écorce par les « tisaneurs » cause à terme la mort de l’arbre. Tandis que d’autres habitants abattent l'arbre afin qu’il ne puisse pas servir à des fins funestes…

Le bois : une rondelle de ce bois est vendue très chère car elle permet la fabrication de talismans de protection. Elle est coupée en 3 parties, avec chacune des propriétés spécifiques : l'une est déposée dans l'armoire, la seconde se porte dans une poche du pantalon et la dernière reste à macérer durant 10 min dans l'eau pour fabriquer une boisson revigorante.

 

  • Un sauvetage in-extremis

Dans les années 70, il ne restait plus que 3 sujets en milieu naturel sur l’Ile de la Réunion. Le Conservatoire Botanique National de Brest est à l’origine de la réintroduction. Ainsi, grâce à des boutures de pieds mâles et femelles puis à une fécondation manuelle des fleurs, des sujets ont pu être replantés sur l'île, tant en milieu naturel que dans les jardins publics et privés. Néanmoins, les zones sauvages de préservation sont gardées secrètes pour optimiser leur survie.

 

Des bulbes d'automne

Des bulbes

Bulbes d’automne pour floraison printanière!



Vous rêvez d’accompagner le retour du printemps prochain avec de belles floraisons colorées ?

Tulipes horticoles ou botaniques, narcisses… en pot ou en pleine terre, c’est le moment de planter les bulbes de printemps !

Espaces verts Carnet vert

Choisir les bulbes

Où les planter ?

Celui-ci dépend de l’endroit de plantation des bulbes.

Sur pelouse ou en sous-bois, privilégiez des bulbes qui vont se naturaliser, telles que certaines narcisses, perce-neige, muscaris…Ils réapparaitront ainsi pendant plusieurs années.

Quelles variétés ?

Choisissez également vos bulbes en fonction de l’effet recherché.

Par exemple, il existe deux catégories de tulipes, horticoles ou bien botaniques. Cette dernière catégorie propose des fleurs plus petites, moins « spectaculaires » et plus délicates que les variétés horticoles.

Comment les choisir ?

Ils doivent être fermes et exempts de toutes traces de moisissures.

Il est préférable de ne pas acheter les bulbes qui sortent de dormance (avec une tige qui commence à apparaître). La plantation pourrait perturber le cycle de la plante et conduire à l'échec de la culture.

Sélectionner les bulbes de belle taille : plus ils sont gros, plus ils fleuriront.

Comment les planter ?

La terre doit être suffisamment drainante afin de ne pas entrainer le pourrissement des bulbes.

D’une manière générale, la plantation se fait à une profondeur d’environ 2,5 fois la hauteur du bulbe.

Privilégiez les plantations en groupe, plutôt qu’éparpillées, qui seront du plus bel effet !

Pour un effet naturel sur une pelouse : jetez une poignée de bulbes puis plantez-les à l'endroit où ils sont tombés !

Comment les entretenir ?

Une fois plantés, il n'y a pas besoin de protéger les bulbes, ni de les arroser (attention au risque de pourrissement).



Lorsque la floraison est terminée, patientez jusqu’au desséchement complet des feuillages avant de les couper.

Ainsi, les bulbes auront le temps de reconstituer leurs réserves pour l’année prochaine.

 

Et finir l'été sur une note tropicale…

Feuilles et fruits Spondias dulcis

Spondias dulcis, prune de cythère est un arbre fruitier de la famille du manguier (Anacardiacées).

Espaces verts Carnet vert

Originaire de Polynésie, il est possible de le rencontrer en Afrique centrale, à Tahiti ou bien encore en Indonésie.

L'arbre

De croissance rapide, il peut atteindre 12m de haut. Ses feuilles caduques sont composées d'un nombre impair de folioles (imparipennées). Il produit des fleurs blanches délicates qui donneront des fruits jaune orangé.

Les fruits

De forme ovoïde, ils se présentent en grappe. Gorgés d'eau et riches en vitamine C, ils se consomment crus ou cuits.

Dans les serres du jardin des plantes

Retrouvez-le, il est planté entre le bananier et le caféier !

Du gazon à foison

La tondeuse

Le jardin, à chacun d'en faire un repère paisible et vivant !

Espaces verts L'éco-jardin

L'été est une période d'intenses activités sur les espaces enherbés.Quelques conseils afin de tirer le meilleur parti de votre pelouse :

Ne tondez pas trop ras

Cela entraîne une repousse plus rapide mais surtout, en cas de manque d'eau, votre pelouse dessèchera plus vite. Préférez une hauteur de coupe comprise entre 5 et 8 cm.

Variez les hauteurs de tonte selon l'utilisation

Préférez une tonte régulière pour les endroits les plus utilisés (cheminements) et une herbe laissée haute pour les parties les moins fréquentées.

Réutilisez les déchets verts

Dans le cas d'une tonte régulière, l'herbe coupée sera fine. Il est alors possible de laisser les déchets sur place car en se décomposant ils apporteront de la matière organique au sol.

La tonte récoltée peut également être valorisée sous forme de paillage.

Séchée, elle est ensuite déposée au pied des massifs ou dans le potager. Elle conserve l'humidité dans le sol, réduisant ainsi les arrosages, évitant l'érosion du sol et constituant un apport de matière organique lors de sa décomposition.

Quelque soit sa surface et son utilisation, un jardin est un lieu de plaisir qui n'a de cesse d'évoluer au fil de nos envies et de nos contraintes.

Les insectes en été

Colletes

Dans le monde, des millions d'insectes ont déjà été identifiés et il reste de nombreuses espèces à découvrir.

Espaces verts Carnet vert

Ces insectes vivent dans des milieux différents : la mer, la forêt, les landes, les marais... et peuvent ramper, voler, marcher ou nager !

Leurs comportements peuvent varier selon différents facteurs tels que la température, l'hygrométrie, la force du vent.

Comment identifier les insectes ?

Les choses se compliquent pour les identifier car la forme des insectes varient selon leurs phases de développement.

 

Par la capture sachant que les techniques varient selon les groupes visés :

  • Le filet fauchoir pour ceux qui sont dans l'herbe et le filet papillon pour attraper ceux qui volent;
  • Une pomme de terre creusée et posé sur la terre ou encore le piège barber pour attraper les insectes au sol;
  • Un drap tendu et éclairé pour les nocturnes.

Par l'observation, sans les capturer il faut vous déplacer lentement et ne pas faire de gestes brusques. Il peut être nécessaire d'utiliser une paire de jumelles ou une loupe.

Il y a plusieurs ordres d'insectes.

Les plus courants sont :

  • les coléoptères ( la coccinelle, le lucarne cerf-volant);
  • les hyménoptères (l'abeille, la fourmi);
  • les lépidopètres (le papillon diurne et nocturne).

Outres ces animaux à 6 pattes, ils existent d'autres invertébrés comme :

- les arachnides (l'araignée, le scorpion);

- les myriapodes (le mille-pattes, la scolopendre);

- les mollusques ( l'escargot, la limace).

Bouquet d’astuces

Paillage organique pour couvrir le sol

Les astuces ne manquent pas lorsqu’il s’agit de prendre soin de son jardin ! En voici quelques-unes à expérimenter…   

 

  

Espaces verts L'éco-jardin

Limaces

Apparaissant dès que des feuilles sortent de terre, elles peuvent faire de sacrés dégâts ! Au milieu de vos cultures attaquées, placez une planche surélevée grâce à un caillou. Disposez dessous une demi-pomme de terre ou un demi-melon légèrement évidé. Les gastéropodes viendront s’y abriter au lever du jour. Il ne vous reste plus qu’à les « récolter » régulièrement pour les mettre sur le tas de compost, dans un champ… ou ailleurs.

Arrosage

Arrosez moins souvent mais en quantité plus importante. De cette façon les végétaux développent davantage leurs racines en profondeur et sont ainsi moins fragiles à la sécheresse.

Paillage

Quelle épaisseur disposer sur le sol ?

Plus le matériau est fin, plus la couche l’est également. Par exemple, la tonte de gazon sera étalée sur 5 cm maximum.

Quant au broyat de branche, il pourra atteindre 15 à 20 cm d’épaisseur.

Massif

Afin de créer un massif aux courbes harmonieuses, la souplesse du tuyau d’arrosage servira de support pour faire le traçage.

Un jardin en pots

bac à fleurs géraniums

Pas de jardin pour faire vos plantations ? Et si vous profitiez d’un bord de fenêtre, d'un balcon, d'une cour ou d'un escalier pour installer des végétaux ?

Espaces verts L'éco-jardin

Voici quelques conseils pour réaliser un jardin en pots.

Avant la plantation :

  • État des lieux de l’espace à végétaliser : exposition, lumière…
  • Choix des contenants : caisses en bois, cageots peints, jardinières et pots en terre ou en plastique, murs végétalisés, suspensions… Pensez à prendre en compte la place disponible, la solidité des supports (balcon, étagères), le style…
  • Quel substrat utiliser ? L’idéal est de mélanger terreau et terre de jardin, car l’argile qu’elle contient favorise la rétention de l’eau.

Petite astuce pour disposer de terre de jardin… sans jardin : lors d’une promenade ou d’une rencontre avec une personne disposant d’un jardin, récupérez la terre de taupinière, celle-ci est riche et déjà travaillée.

Le choix de végétaux

2 critères importants :

  • l'environnement des futures plantations (lumière, courant d'air, proximité d'un point d'eau…) ;
  • le temps que vous souhaitez accorder à leur entretien (peu de temps pour l'arrosage ? privilégiez les plantes peu gourmandes en eau).

Les plantes potagères

Préférez les jeunes plants aux semis, vous gagnerez ainsi du temps. Certaines cultures sont plus adaptées à la plantation en pot du fait d'un enracinement réduit : tomates, salades, fraisiers, haricots, courgettes…

Les petits fruitiers

Framboisiers, cassissiers ou groseilliers réclament davantage de terre, mais si les conditions sont réunies, vous pourrez profiter de belles récoltes !

Les plantes aromatiques

Ciboulette, persil, thym, mélisse… parfumeront vos plats d’été pour le plus grand plaisir des gourmands.

En pots comme au jardin, privilégiez la diversité de plantes et de couleurs : vivaces ou annuelles, grimpantes, retombantes ou tapissantes, bulbes d’été ou de printemps…

Laissez libre court à votre imagination et faites-vous plaisir !

S'abonner à Espaces verts